Compte-rendu du sommet historique des lycéennes du Caire à New York
les 22 et 23 août '03.


Très chères lycéennes du Caire où que vous soyez,

Pour moi, Andrée, les feux d'artifice ont commencé avec l'arrivée d'Ida Curiel Rouben chez moi vers les 11h. le vendredi 22 août, évènement que je souhaitais depuis plus de 25 ans! De la voir dans le "bleu" des yeux devant moi et de pouvoir la serrer dans mes bras, aurait suffi à me combler!

Mais ce n'était qu'un amuse-bouche! Car les festivités ne faisaient que commencer. Après m'avoir donné un coup de main pour quelques préparatifs, elle et moi n'avons fait que papoter et échanger des souvenirs datant de plus de 50 ans! De très chers souvenirs -- car elle et moi remontons très loin. Non seulement étions nous en classe au lycée depuis l'âge de 6 ans, mais nous habitions la même rue et au cours de nos dernières années secondaires au lycée, nous nous nous étions liées d'une solide amitié. De plus, quand je suis arrivée a New York en '59, elle et sa mère y étaient déjà et c'est avec joie que nous avions renoué. Depuis son départ pour le Canada en '61, nous ne étions revues que 3 fois! Nous comptons sérieusement y remédier.

Debout -- Rosie Cuzzer Kahan, Elsie Beleli, Celia Hayat Sassoon, Nicole Trevès, 
Liliane Cohen Brown, Claudie Cohen Harari, Andrée Lévy Abramoff.

Assises -- Rita Diamant LeVine, Ida Curiel Rouben, Marlène Gazalé Sabbagh, 
Colette Trevès Pavia, et par terre Maryse Hélal Lyons.


À 13h., Colette Trevès et son mari Bruno Pavia sont venus livrer en personne tous les vins qu'ils avaient eu la générosité d'offrir en l'occasion -- un bref instant de joie à les revoir.

Vers les 17h.30, le reste de l'effectif lycéen a commencé à arriver avec Rita Diamant LeVine et son mari Howie, Liliana Cohen Brown et Celia Hayat Sassoon.
Rita et moi sommes de l'histoire ancienne, car nous n'avions jamais perdu contact depuis l'âge de 5 ans, même quand elle a eu passé 14 ans en Israël et malgré plusieurs différends pendant l'un desquels nous ne nous étions pas parlé pendant 10 ans. Qui aime bien châtie bien!!! Liliane, je m'en souvenais très bien et étais ravie de l'avoir retrouvée à Washington il y a quelques mois. Il suffisait à Celia de dire qu'elle était la soeur d'Aviva Hayat pour être la bienvenue -- elle nous a toutes charmées par sa grâce, sa bonne humeur et son amabilité.

Ensuite tout le monde est arrivé en masse: Maryse Hélal Lyons et son mari, Jerry; Colette, Bruno et Nicole Trevès que nous n'avions pas vue depuis au moins 50 ans; Rosie Cuzzer-Lagnado Kahan et son mari Stu que j'avais revue à New York dans les années '60 mais que j'avais perdue de vue depuis 35 ans;Marlène Gazalé Sabbagh et son mari Ricks que nous avons toujours plaisir à revoir; Claudi Cohen Harari et Elsie Belleli Shalem.

Et c'est là que le délire s'est déchaîné!!! Les maris respectifs (surtout les
américains) devaient se demander dans quelle galère ils étaient bien allés se fourrer! C'était merveilleux: de se revoir, de se retrouver, comme si nous venions de nous quitter la veille, d'échanger des souvenirs, des blagues, de se montrer de vieilles photos de classe avec des profs jamais oubliés! Quoique grand-mères certifiées pour la plupart, nous avions de nouveau 12 ans... ou moins! Plaisirs qu'aucune de nous n'avait éprouvés dans quelque pays d'adoption qui soit où nous vivons toutes plus que confortablement. Ce n'était pas que de la nostalgie, c'était de toucher du doigt des émotions et des points affectifs très chers à nous toutes.

Ensuite, et avant de passer au repas (menu ci-joint) je me devais d'honorer par quelques vers une et chacune de mes anciennes camarades, y compris certaines absentes (poèmes ci-joints, ainsi que leur traduction en anglais pour les maris non-francophones). Des albums-photos aux couleurs et à l'écusson du lycée auxquels toutes les présentes avaient contribué furent distribués.

Après un gâteau inscrit aussi de l'écusson bleu, blanc, rouge du lycée, les festivités continuèrent avec des danses orientales dans lesquelles Colette et Claudi en particulier se montrèrent très douées, à la grande joie de tous les maris! La soirée fut entièrement filmée sur vidéo (très réussi) et je dois me renseigner pour m'occuper d'en faire des copies. Bien sûr chacune de nous n'a pas manqué de prendre d'innombrables photos. Vous en recevrez sûrement des
copies.

Et comme toute chose a une fin, nous avons du nous quitter, mais gaiement et dans l'attente de nous revoir à déjeuner chez Rita, à New Jersey le lendemain,samedi 23. La glace (s'il y en avait) ayant été rompue la veille, c'est avec enthousiasme que nous nous sommes retrouvées dans un cadre charmant au bord de l'eau chez Rita et Howie. Là nous attendait un autre festin! Après nous avoir un peu grisées avec de délicieux "bloody marys" nous avons été choyées par un repas au caviar, pâtés aux épinards et fromage, gratin de courgettes, champignons farcis, salade, gâteau aux fraises, etc.

Nous aurions pu y passer encore 3 jours et 3 nuits! Mais chacune de nous avait d'autres chats...que nous ne tenions pas particulièrement à fouetter juste ce jour-là! Il fallut donc se quitter avec beaucoup de tristesse et de promesses de se revoir.

Les jours suivants, nous échangèrent toutes notre désarroi et notre détresse. De telles amitiés sont très précieuses et nous nous devons de les préserver!

Au prochain sommet, où qu'il soit, avec encore plus de participantes!



 Andrée Lévy Abramoff

retour